Guerre

En 1316, le site est désigné comme "castrum seu repayrium", ou "lieu fortifié d'importance réduite".

Un dispositif de défense :

la bretèche

Elle est aménagée à partir d'un local de faible profondeur. Il s'agit d'un appentis en surplomb juste au dessus du perron.

L’entrée était le point faible en cas d’attaque, puisque la porte était en bois, donc défonçable et brûlable. On pouvait en interdire l’approche par des tirs de flèches plongeants ou des lâchers de pierres car le sol de la bretèche était ouvert.